Enfin zen grâce à la cup : mode d’emploi

femme zen cup
Partager cet article :
  • 2
  •  
  •  

Aaaah la cup, aussi appelée coupe menstruelle est un objet aussi petit et discret qu’il est pratique !

Il y a déjà 5 ans, j’étais à l’affût de tous les produits qui me permettraient d’être plus à l’écoute de mon corps, plus respectueux de l’environnement et qui produiraient moins de déchets.

Quand j’ai entendu parler de la cup, j’ai tout de suite voulu essayer !

Et je dois avouer qu’après 2 ou 3 essais j’ai totalement adhéré à cette petite révolution (on verrait presque Steeve Jobs nous l’annoncer ;)). Depuis j’ai vraiment à cœur de motiver les jeunes femmes autour de moi à essayer car je sais tout ce que ça peut leur apporter. Aussi j’écris cet article pour une amie très proche qui a encore du mal à sauter le pas, en espérant ainsi répondre à toutes ses interrogations. 🙂

 

Quels sont les avantages de la cup ?

Dès les premières utilisations j’ai trouvé de nombreux avantages à la cup :

  • Économique : pour une vingtaine d’euros environ on peut la garder 5 ans, c’est une vraie économie d’argent par rapport aux tampons par exemple.
  • Écologique : ce sont autant de tampons qui n’iront pas à la poubelle, beaucoup moins de déchets produits !
  • Pratique : minimaliste malgré moi (je vis dans un studio), la cup ne représente plus qu’un seul objet dans mon placard à salle de bain, exit les grosses boîtes de tampons !
  • Hygiénique : j’ai toujours été (à juste titre non ?!) écœurée par ces vieux fils des tampons qui dépassaient et qui au bout de la journée ne ressemblaient plus à rien :/
  • Respect de son corps : je suis plus rassurée à l’idée de mettre un bout de silicone, donc un matériaux « neutre » en moi que du coton généreusement arrosé de produits toxiques pour la santé !
  • Sport : je ne la sens pas du tout lors de les activités sportives (footing, natation, yoga, danse) et me permet une liberté totale des mouvements pour faire tout type de sport, en toute sécurité !
  • En termes d’utilisation : j’ai trouvé la routine PARFAITE de façon à être enfin tranquille toute la journée, mais patience, j’y reviens juste après 😉

sport girl cup

 

Je vous ai convaincu que la cup était définitivement un objet à adopter pendant ses périodes menstruelles ? Parfait ! Maintenant, je réponds à toutes vos questions concernant le mode d’emploi de la cup.

La cup, est-ce que c’est « sûr »?

Pour être totalement sûre, vous devez :

  • Choisir la taille de la coupe menstruelle qui VOUS correspond
  • Respecter le temps pendant lequel vous gardez la cup « en vous » (bref ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre si je puis dire…et risquer que « la coupe soit pleine » ! ;))
  • Bien insérer la cup

Et pour ces 3 choses, suivez le guide !

 

Comment bien choisir sa coupe menstruelle?

Vous choisirez la cup en fonction de l’abondance de vos flux et en fonction de votre morphologie générale, par exemple si vous avez déjà eu des enfants.

Ainsi :

  • Si vous changez vos protections hygiéniques toutes les 6 heures : vous avez un flux léger
  • Si vous changez vos protections hygiéniques toutes les 4 à 6 heures : vous avez un flux moyen
  • Si vous changez vos protections hygiéniques toutes les 2 à 4 heures : vous avez un flux abondant
  • Si vous changez vos protections hygiéniques toutes les 2 heures : vous avez un flux très abondant

Par exemple pour une jeune femme n’ayant jamais eu des enfants, n’ayant pas un bassin particulièrement large ni un flux léger à moyen, la cup petite taille (aussi notées taille « S » dans différentes marques) devrait très bien suffire.

La coupe menstruelle sera trop petite si vous remarquez qu’elle n’est pas étanche (ça déboooorde ^^), qu’elle glisse ou tourne facilement à l’intérieur de votre vagin et qu’elle est difficile à enlever (car elle sera trop haute dans le vagin).

A l’inverse elle sera trop grande si elle ne se déplie pas entièrement à l’intérieur de vous et vous cause des douleurs.

 

Quel « embout » (ou tige) choisir pour la cup ?

Vous l’avez peut-être déjà remarqué en vous baladant sur internet, il y a plusieurs types « d’embouts » à la base des coupes menstruelles.

Globalement cela n’a pas beaucoup d’importance, c’est juste pour vous aider à retirer la cup.

Personnellement j’ai un petit anneau, qui aide bien à « agripper » la cup du bout des doigts. Il existe également celle comme sur la photo (tube annelé) qui grâce à ses anneaux en relief peut bien aider.

Certaines coupes menstruelles n’ont aucun embout et cela peut être plus compliqué pour débuter, je vous recommande donc d’acheter une cup avec embout (quel qu’il soit).

Il en existe une grande variété pour satisfaire tous les goûts ! Voici des exemples (cliquez sur la photo pour être redirigé automatiquement vers le produit) :

Comment bien mettre la cup ?

Déjà la première étape : se laver soigneusement les mains !

  • pliez votre cup, (voir les 2 techniques de pliages ci-dessous), personnellement j’ai toujours utilisé que la première technique qui est simple et fonctionne bien
  • maintenez-la fermement entre le pouce et l’index, le plus possible à sa base, sans la déplier
  • insérer
  • une fois à l’intérieur, vous pouvez vérifier en tirant très légèrement sur la cup de façon à ce qu’elle redescende un peu, et vous sentirez peut-être comme un effet ventouse qui vous certifie que la cup s’est bien déployée (telles les ailes d’un aigle dans le ciel !… ok je sors)

 

crédit : becup

Attention au début on a tendance à vouloir la mettre trop haut, alors qu’il faut plutôt qu’elle soit vers l’entrée du vagin ! Le principal est que vous ne sentiez pas la tige ressortir de vous, car ça risquerait de vous irriter et vous gêner.

Et…c’est tout ! Le coup de main prend quelques fois avant de venir, ne vous inquiétez pas, c’est comme apprendre à se faire une coupe de cheveux un peu difficile, au début c’est difficile et pas parfait, puis ça vient.

Mon conseil en plus : pour les premières utilisations de la cup, je vous recommande de garder une serviette hygiénique en plus afin d’être totalement sereine si jamais il y avait eu un petit raté au moment d’insérer la cup.

 

Comment bien retirer la cup ?

Lavez-vous soigneusement les mains (oui toujours 😉 ).

Pincez légèrement la base de la coupe menstruelle et aidez-vous avec l’autre main de la petite tige ou de l’embout pour tirer le tout délicatement.

 

Combien de fois faut-il la changer par jour ?

Cette étape dépendra évidemment de chacune et de ses habitudes mais si cela peut vous aider, voici la routine parfaite que je me suis trouvée. Je change ma cup le matin au lever en la rinçant, en la lavant rapidement avec du savon, et hop c’est parti pour la journée. Je la change le soir venu au moment de prendre ma douche (à ce moment-là elle est assez pleine du coup), un petit coup de savon, on rince et hop, on la remet pour la nuit !

 

Mon conseil en plus : Au début des règles quand le flux est particulièrement abondant, il m’arrive de mettre parfois une serviette hygiénique en plus pour la nuit, pour être totalement zen et dormir sereinement.

 

Comment entretenir sa coupe menstruelle ?

En plus des lavages au savon que je fais 2 fois par jour, je recommande de passer sa cup à l’eau bouillante avec quelques gouttes d’huile essentielle d’arbre à thé (réputée antibactérienne) à chaque début de nouvelle période de règle.

 

La cup, un risque de développer le syndrome du choc toxique ?

Pour rappel, le syndrome du choc toxique vient d’une bactérie appelle staphylococcus aureus, plus connue sous le nom de staphylocoque doré. Elle est naturellement présente chez 30 à 50% de la population (femmes, hommes, enfants) et est totalement inoffensive dans la majorité des cas.

Voici les informations que j’ai trouvées à ce sujet et qu’il me semble juste de vous partager :

4% des staphylocoques dorés sont présents dans la flore vaginale à l’état naturel. Un quart d’entre eux produisent la toxine à l’origine du choc toxique.

On a recensé 0,06 cas de choc toxique pour 100 000 femmes.

C’est-à-dire qu’une femme a 100 fois plus de risque de mourir d’un accident de voiture que de développer un Syndrome du Choc Toxique. En effet, d’après l’Institut Médical américain Darthmouth-Hitchcock, 85% de femmes produisent naturellement des anticorps qui leur permettent de se défendre contre cette toxine.

Ce qu’il faut retenir : plusieurs cas ont été relevés dus à l’utilisation de tampons que des femmes auraient gardé trop longtemps en elles (ce qui aurait favorisé la prolifération des bactéries) et aujourd’hui 2 cas dans le monde ont été répertoriés avec la coupe menstruelle.

Bref selon moi c’est peu, et on peut encore plus limiter les risques en lavant régulièrement sa coupe menstruelle avec du savon.

J’espère que cet article vous a plu et surtout vous a aidé à y voir plus clair dans ce vaste domaine ! 😉 Si oui laissez-moi un commentaire et partagez cet article à vos ami(e)s !


Partager cet article :
  • 2
  •  
  •